Sommeil

Mon enfant a peur du noir !

Ton bébé pleure de plus en plus au moment d’aller se coucher ? Il te demande de laisser la lumière allumée ou la porte de la chambre ouverte ? Peut-être a-t-il peur de l’obscurité ! Dans cet article, tu retrouveras plein d’astuces et de conseils pour accompagner ton enfant durant cette période d’angoisse.

Mais pourtant, jusqu’à présent, il n’en avait pas peur…

Vers 2 ans, l’enfant prend conscience qu’aller se coucher correspond à un moment de séparation d’avec ses parents. La peur du « noir » ou des monstres va alors se développer. Elle correspond en fait à la peur d’être seul, « abandonné », livré à lui-même avec son imaginaire. 

C’est en effet la période où l’imaginaire se met en place. Se retrouver seul dans son lit face aux ombres et éventuels bruits peut donc vite devenir effrayant pour votre enfant. Mais ce sentiment est tout à fait normal et fait partie de son développement psychologique.

Les solutions que tu peux mettre en place

Il existe plein de petites astuces pour accompagner ton enfant et renforcer sa confiance :

  • Mettre une petite veilleuse, de faible intensité et d’une couleur chaude (rouge, orange de préférence, on évite absolument les lumières bleues ou blanches qui vont perturber sa sécrétion de mélatonine !)
  • Lui dire que tu es là, juste à côté, le rassurer verbalement ;
  • Ne pas sous-estimer sa peur même si celle-ci te paraît disproportionnée ;
  • Lui donner une lampe de poche pour qu’il aille aux toilettes lui-même, ou qu’il vérifie sous son lit en autonomie ;
  • Lui raconter que toi aussi, enfant, tu avez peur du noir, mais que tu as su dépasser cette angoisse ;
  • Avoir un rituel de coucher suffisamment long, routinier et rassurant ;
  • Ajouter dans le rituel une lecture thématique sur la peur du noir ;
  • Lors du rituel d’endormissement, baisse progressivement la luminosité de la pièce, jusqu’à arriver à la seule lumière de la veilleuse ;
  • Vérifie qu’il n’y ait pas d’ombres étranges dans sa chambre quand on allume la veilleuse.

Il est important également de s’assurer qu’il s’agisse bien d’une peur de l’obscurité, et non de ce qu’on appelle un syndrome de rappel : l’enfant ne veut pas aller se coucher et met tout en oeuvre pour passer plus de temps avec son parent. Dans ce cas, il serait bon de revoir le rituel d’endormissement et de bien remplir le réservoir affectif de son enfant tout au long de la journée.

Peu à peu, votre enfant va se rassurer, prendre confiance en lui, se développer psychologiquement et être capable de rester seul dans sa chambre. Vers 3 ans, cette peur devrait s’estomper.

Enfin, on préférera proposer une veilleuse au lieu d’ouvrir la porte de sa chambre. En effet, si l’enfant a l’habitude de dormir la porte fermée, c’est préférable de ne pas modifier son environnement et de conserver le calme et le silence.